Lifestyle

Lady, créature de mon cœur

Me voilà lancée dans l’écriture d’un blog, je trépigne de joie ! Plein d’idées me viennent à l’esprit; et puis l’éternelle question: « quel sera mon premier article ? » Après maintes et maintes réflexions, mes yeux se sont posés sur la petite créature blanche allongée à côté de moi. Et pourquoi pas faire un article sur elle ? Après tout, elle fait partie de ma vie et son histoire est un peu particulière…

Je n’ai pas toujours aimé les chats, à vrai dire ils m’effrayaient un peu lorsque j’étais enfant. Je me tenais à distance d’eux lorsque je me trouvais chez quelqu’un qui en avait. Jusqu’au jour où ma sœur insista pour en avoir un; mes parents cédèrent après quelques résistance, et une merveilleuse petite boule de poil débarqua à la maison. Ce fut le véritable coup de foudre et nous étions tous en amour devant elle. Malheureusement, cela ne devait pas durer et à peine un an plus tard, notre chat s’en est allé, renversé par une voiture. Nous nous sommes remis de cet accident, mais cela fut long et douloureux.

Révoltée, je décidais alors que je n’aurais plus jamais de chat (ça n’a pas duré bien longtemps). Quelques temps plus tard, après avoir emménagé sur Montpellier, l’idée de prendre un animal a resurgi. Je me sentais parfois terriblement seule et la compagnie d’un chat me séduisait vraiment. Cependant, je demandais partout autour de moi si un chat ne risquait pas d’être malheureux en appartement. Les vétérinaires me répondaient que non, un chat s’adapte très bien à son habitat. Une petite voix intérieure me disait d’ailleurs qu’un chat d’appartement ne risquait pas de se faire renverser par une voiture, ni de disparaître, ni de se faire empoisonner… Mais cela me faisait quand même mal au cœur. J’ai pesé le pour et le contre pendant longtemps, près d’un an, afin de ne pas faire les choses à la légère. Je culpabilisais de l’enfermer dans un petit appartement mais en faisant cela je m’assurais qu’il ne lui arriverait rien. Et oui, nous sommes parfois bien égoïstes et je me suis fiée aux avis positifs des gens.

Le premier Octobre de l’année dernière, j’ai ramené chez moi la jolie Lady,  si blanche et si petite. C’était la plus frêle de sa portée et c’est surement pour cela que mon choix s’est arrêté sur elle. Au début, elle ne semblait pas malheureuse dans mon appartement, elle jouait et dormait beaucoup, me réveillait toutes les nuits pour avoir des câlins, comme un chaton normal. Mais plus elle grandissait, plus son comportement se transformait.

Petit à petit je n’eus plus le droit aux caresses, ni aux ronrons, Lady ne m’approchait presque plus. Avant cela, elle me suivait dans chaque pièce et se couchait près de moi le soir. Là, c’est à peine si je pouvais la toucher… Elle n’avait de cesse de se faufiler dans le couloir dès que j’ouvrais la porte et de miauler devant la fenêtre du balcon. Je me suis dit qu’il s’agissait peut-être d’une sorte de « crise d’adolescence » mais les mois passaient et rien ne changeait. Lady me menait la vie dure…

Pendant les vacances d’été, je suis retournée avec elle chez mes parents, mais il était hors de question qu’elle sorte dans le jardin, j’avais si peur qu’il lui arrive quoi que ce soit, et je ne voulais pas lui donner le goût des grandes escapades, pour ensuite la ramener dans mon appartement à la rentrée. Ces trois mois furent très difficiles pour elle, malgré la compagnie de ma chienne. Lady attendait toute la journée derrière les baies vitrées et miaulait la nuit à n’en plus finir. Il devenait de plus en plus difficile de la contenir dans la maison ! Je me suis alors posée de nombreuses questions, il était évident que Lady était malheureuse en intérieur, mais devais-je prendre le risque de la laisser sortir ? Malgré mes craintes, j’ai finalement décidé de ne plus la garder prisonnière chez moi et cela fut certainement le meilleur des choix possibles.

Lady a alors pu découvrir les joies d’un jardin et s’épanouir pleinement. Aujourd’hui il n’est plus possible pour moi de vivre avec mon chat dans mon appartement, car elle souffrirait beaucoup trop de se retrouver coincée entre quatre murs. Même si sa présence me manque énormément, je sais que c’est pour le mieux. Qui plus est, Lady est redevenue aussi affectueuse qu’au premier jour, un véritable amour de tendresse.

J’aurais aimé que cela se passe autrement, afin de continuer à vivre avec elle. Ceci n’est absolument pas un pamphlet contre les gens qui vivent avec leur chat en appartement, bien au contraire, j’en connais tellement qui sont heureux de la sorte ! Toutefois, cela dépend du caractère de l’animal.  A ce jour, Lady gambade gaiement dans le jardin, et bien que la peur d’un accident me hante, je ne veux pas la voir dépérir de chagrin sous mes yeux…

Cet article est un peu personnel et n’intéresse certainement pas tout le monde, mais ce n’est pas grave car il me tenait à cœur. D’autres personnes se trouvent peut-être face à cette situation et ne savent pas comment réagir. Je me dis souvent que si mes parents n’avaient pas accepté mon chat, elle serait aujourd’hui condamné à vivre dans un habitat qui ne lui plait guère, et cela m’aurait fendu le cœur. S’engager à prendre un animal, c’est aussi s’engager à lui offrir une belle vie !

En espérant que cet article vous ait plu,

Des poutoux !

 

4 thoughts on “Lady, créature de mon cœur

    1. Merci beaucoup Morgane, je suis heureuse qu’il t’ait plu! Et merci pour ton commentaire, ça m’encourage à continuer ! Des bisous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *