Cinéma

Mes séries favorites

Comme beaucoup d’entre vous, je suis une amoureuse de séries en tous genres. Oui oui,  lorsque je commence un épisode, les heures tournent sans que je m’en aperçoive (c’est tellement mieux que de faire ses devoirs!). Pour ma défense, j’étais encore étudiante en cinéma et audiovisuel il y a quelques mois de cela, or les séries, c’est un peu du cinéma non ?

Je souhaite vous en faire découvrir quelques unes, qui me semble-t-il, sont absolument formidables. Loin de moi l’envie de citer Game of Thrones, Orange is the new black ou encore Stranger Things, aujourd’hui connues et reconnues, mais plutôt certaines séries peu représentées dans le paysage cinématographique.  Mon choix se portera sur quatre d’entre elles, que certains connaissent peut-être déjà, et qui sont de réels chefs d’œuvres.

Source Pinterest

La première de ma liste, certainement la plus célèbre de toutes, n’est autre que Sherlock. En tant que grande fan de ce personnageje me devais de vous présenter l’adaptation tout à fait géniale des histoires d’Arthur Conan Doyle. La série propose actuellement quatre saisons, de trois épisodes chacune. Cela fait très peu me direz-vous, toutefois, ces derniers durent 1h30 ! Autant vous dire que chaque épisode n’est rien moins qu’un film à part entière ! Les rôles principaux sont tenus par deux acteurs que j’aime beaucoup, Benedict Cumberbatch et Martin Freeman, et le binôme Holmes/Watson fonctionne à merveille, aussi bien touchant que cinglant. Quant au cadre spatio-temporel, il ne se situe pas au XIX ème siècle mais au XXI ème, toujours à Londres. Au départ, ma déception fut grande lorsque j’appris que la série n’était pas ancrée dans l’époque des romans, puisque cela impliquait une toute autre conception des décors et des costumes… Mais cela n’est pas bien dérangeant. En effet, les épisodes sont si bien réalisés et mis en scène, et les personnages tellement attachants que l’on oublie vite ce détail. Enfin, un denier aspect m’a très rapidement séduit: l’insertion de textes à l’image. Les pensées de Sherlock, ainsi que les textos et lettres reçus apparaissent textuellement à l’écran. Le procédé fonctionne parfaitement et, tout en insérant la série dans le XXI ème siècle, il renvoie aux origines de Sherlock Holmes, c’est-à-dire une oeuvre écrite.

Source Pinterest

La série suivante commence à prendre son envol, et se place depuis quelques temps parmi les plus célèbres, mais qu’importe, c’est l’une de mes favorites. Si je vous parle de clones, de punk anglais, de « sestra » ukrainienne et de l’institut Dyad, vous me répondez…? Orphan Black, bien évidemment ! Une fois le premier épisode commencé, impossible de s’arrêter, et quelle ne fut pas ma déception d’apprendre que la saison 5 était la dernière. La véritable prouesse d’Orphan Black réside dans le jeu d’acteur de Tatiana Maslany, qui endosse à elle seule plus d’une dizaine de rôles. Et attention, chacun des personnages joués par l’actrice prend vie à l’écran de manière indépendante. Au fil des épisodes, nous oublions que Sarah, Helena, Alison et Cosima sont en fait interprétées par une seule et même personne. De plus, le talent de l’actrice ne se limite pas à incarner plusieurs personnes, mais bel et bien à représenter quelqu’un, faisant semblant d’être un autre. Je m’explique, lorsque Sarah se trouve obligée de prendre l’apparence d’Alison, le spectateur a réellement l’impression de voir Sarah, peinant à se faire passer pour Alison. Les mimiques et gestuelles sont de plus en plus subtiles et le résultat est bluffant. Quant à l’histoire, et bien je vous laisse la découvrir car il faudrait plus d’un article pour la résumer. Mais figurez-vous une jeune mère perdue, en marge de la société, qui découvre un jour son sosie craché sur les quais d’une gare et apprend alors que son existence est due à une expérience de clonage.

Source Pinterest

La série suivante est un peu moins connue, j’ai pu la découvrir grâce à Netflix et bien que les avis soient divisés à son sujet, je l’ai pour ma part beaucoup aimé. Vous connaissez certainement le film Psychose d’Hitchcock et la célèbre scène de la douche ? Et bien la série Bates Motel s’en inspire librement. L’histoire met en scène Norman et sa mère, nouveaux propriétaires d’un vieux motel. La relation entre les deux personnages est extrêmement ambiguë, fusionnelle, parfois malaisante. De plus, Norman souffre de troubles psychologiques et perd souvent le contrôle de lui-même, allant jusqu’à devenir très violent. Le rôle principal est tenu par un acteur que nous connaissons tous, au visage innocent, héro d’Arthur et les minimoys, Charlie et la chocolaterie, Deux frères… Changement de registre total pour Freddie Hihgmore qui se transforme ici en schizophrène-psychopathe; tantôt adorable et touchant, tantôt pétrifiant. Mais au delà de l’histoire, la série est aussi superbement mise en scène. Les décors, costumes, lumières et musiques sont fantastiques et l’on se croirait dans un vieux film américain. D’ailleurs, difficile de savoir à quelle époque se déroule la série, le spectateur oscille entre les années 60 et le XXI ème siècle. Bien que de nombreux indices nous indiquent le XXI ème siècle, en particulier l’utilisation des téléphones portables, le style vestimentaire de Norman et de sa mère n’est absolument pas celui de nos jours. Nous avons alors l’impression que les deux personnages proviennent d’une autre époque, celle d’Hitchcock. Vous l’aurez compris, Bates Motel n’est pas une série devant laquelle on se détend, mais elle reste tout de même terriblement addictive et intrigante.

Source Pinterest

Comme l’on dit souvent, le meilleur pour la fin, avec la dernière série de ma liste, probablement la plus romantique que je connaisse: Downton Abbey. En un mot, tout est sublime. Les épisodes retracent la vie d’une riche famille anglaise et de ses domestiques, dans une Angleterre du début du XX ème siècle. Inutile de vous dire à quel point les robes des personnages féminins sont somptueuses, les décors du château luxueux et la campagne anglaise attirante. L’évolution des personnages est très intéressante et nous finissons par adorer certains que nous détestions. Entre parenthèse, on ne peut qu’aimer la surprenante grand mère Crawley, interprétée par Maggie Smith (alias le professeur McGonagall pour les amoureux d’Harry Potter). En résumé, une série aux accents « so british », qui plaira aux buveurs de thé et même de café. Une série qui fait bien, tout en finesse, humour et poésie.

Source Pinterest

En espérant que cet article vous ait plu et que vous ayez découvert des séries inconnues à votre adresse.

Des poutoux

 

1 thought on “Mes séries favorites

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *